Loading...
Welcome to Anarcho-Punk.net community ! Please register or login to participate in the forums.   Ⓐ//Ⓔ

EMEUTES A ALGER

Discussion in 'Politiques et critiques sociales' started by mAquis, Oct 23, 2009.

  1. mAquis

    mAquisExperienced Member Experienced member Forum Member


    112

    0

    2

    Aug 15, 2009
     
    Alger : deuxième jour d’émeutes après l’expulsion de familles
    (Le 20 octobre 2009)
    Reprise des affrontements entre émeutiers et policiers dans un quartier d’Alger

    AP | 20.10.2009 | 22:17

    Les affrontements entre émeutiers et forces de l’ordre ont repris mardi en début de soirée dans le quartier populaire de Diar Chems, dans l’est d’Alger, a appris l’Associated Press auprès de la protection civile et d’habitants de la cité.

    Ces nouvelles émeutes auraient fait plus d’une cinquantaine de blessés entre policiers et émeutiers, selon des témoignages d’habitants, alors que la protection civile, dans une déclaration à l’AP, a expliqué que "neuf policiers présentant des blessures diverses avaient été évacués à l’hôpital Mustapha".

    Par petits groupes voltigeant d’un endroit à un autre de la grande cité dortoir de Diar Chems, les émeutiers s’en sont pris à coup de pierres, de cocktails Molotov et autres objets, aux forces de sécurité pour les empêcher d’accéder au quartier, ont rapporté des habitants.

    Soutenus par des femmes qui lançaient des youyous des balcons et aux cris de "Allah Akbar", ces jeunes émeutiers ne décoléraient pas contre les autorités. "Non seulement, ils n’ont pas libéré les jeunes arrêtés hier soir, mais ils sont venus encore en arrêter d’autres cette après-midi", s’insurgeait Ramdane Ali, habitant du bloc 3 qui accusait les forces de sécurité de "rallumer le feu".

    Selon plusieurs témoins, le calme était revenu lundi soir à la cité de Diar Chems, après des "négociations" entre représentants des forces de sécurité, élus locaux et délégués de quartiers. D’après eux, ce sont les policiers venus procéder à des arrestations mardi après-midi qui ont relancé les violences.

    Les émeutes dans ce quartier populaire, situé à trois kilomètres du siège de la présidence de la République, ont éclaté lundi après l’intervention de policiers venus déloger des squatters qui avaient installé des baraques sur un stade de football de la municipalité.


    pêché sur http://cettesemaine.free.fr